Les champignons sauvages du Québec

Les forêts du Québec sont riches en champignons. Dans le parc national de la Yamaska, dans  les Cantons-de-l’Est, au pied des Appalaches, j’ai eu l’occasion de voir une bonne quantité de champignons qu’on ne voit bien sûr pas en ville (décidément, vivre à Montréal a beaucoup d’inconvénients!). Alors que j’étais venue faire une promenade avec mon appareil photo dans l’espoir de rencontrer de gentils petits tamias, que je n’ai hélas pas vu, j’ai plutôt révisé ma mycologie (et retrouvé plus tard nos corpulents écureuils gris montréalais)! La plupart des champignons que j’ai trouvé étaient non comestibles. Seules deux espèces étaient mangeables. Pour un début de fin de saison des champignons (la saison est à peu près de mi-avril à fin octobre), j’ai bien été contente de voir autant d’espèces.

Surtout, si vous pouvez m’aider à mieux identifier l’un de ces champignons, n’hésitez pas à le faire! Merci.

Gymnopile pénétrant ??

Non comestible.

Plypore variable??

Non comestible

Clitocybe à pied renflé

Non comestible

Clitocybe laqué bicolore?

Seul le pied (censé être violet) pourrait me confirmer qu’il s’agit bien de ce champignon. Mais l’apparence me laisse penser que oui. Le clitocybe laqué bicolore est comestible.

Clitocybe laqué bicolore?

Clitocybes orangé

Non comestible

Coprin chevelu

Coprin chevelu

Unique en son genre, vous ne risquez pas de vous tromper en cueillant ce champignon. Il pousse en groupe, est grand et a une allure chevelue. Il est comestible jeune et peut même se consommer cru! Plus vieux (comme sur la photo, il risque de devenir toxique.

_________________________

Photos : Moi (comme pour toutes les photos de ce blogue)

Informations sur les champignons : Les champignons sauvages du Québec de Matthieu Sicard et Yves Lamoureux et le site Internet Mycorance

Merci à Guylaine Duval et Christophe Certain qui m’ont aidé à mieux identifier les champignons.

Please like & share:

4 thoughts on “Les champignons sauvages du Québec

Comments are closed.