Les principes de la médecine des premières nations

220px-Moenitarri_warrior_in_the_costume_of_the_dog_danse_0056v

La médecine des premières nations (plus connue sous le nom Amérindienne du Nord) est une médecine préventive plus que de guérison. À la différence de l’allopathie, elle prévient les maladies au lieu d’en soigner les symptômes. Avant l’arrivée des colons, la médecine faisait partie du quotidien des Amérindiens. Si la maladie éclatait, c’est que la personne avait manqué à la règle du respect de son corps en ne faisant pas ce qui devait être fait pour la prévenir. Selon la médecine amérindienne, toute dérogation à la règle du respect du corps produit un déséquilibre de l’organisme.

Le manque de respect envers les animaux, les plantes, ou même les siens, sont des fautes qui agissent directement sur l’esprit de ces entités et qui, par conséquent, agissent sur le déséquilibre de la personne responsable des ces actes. Tout comme dans toutes médecines autochtones, l’énergie est la source de la vie. Chez les Premières nations, l’énergie est plus souvent appelée “esprit”. L’esprit habite toute forme de vie sur cette planète et dans l’Univers également. Cette énergie est appelée Oki chez les Hurons, Orende chez les Iroquois ou encore Manitou chez les Algonquins. L’Esprit se trouve quotidiennement dans chaque chose et ne peut être dissocié de l’équilibre de la santé physique dans son ensemble.

Lorsqu’une personne tombe malade, la médecine amérindienne veut que le remède administré, très souvent à base de plantes, écorce d’arbre ou de racines sauvages, soit temporaire et non définitif. En effet, le problème de santé ne peut être éliminé au complet par les herbes. Celles-ci éliminent les symptômes de la maladie, mais pas la cause. L’élimination des symptômes de la maladie ne garantit pas au malade la certitude de l’élimination de la maladie qui en était la cause. Après avoir fait son travail sur les symptômes, le médecin du corps est relayé par le médecin de l’esprit que beaucoup appellent encore «sorcier». Ce médecin-sorcier dispose de nombreuses connaissances qu’il a de l’esprit des humains pour soigner le psychisme du malade.

Les femmes sont énormément respectées au sein des communautés des premières nations. On dit que les femmes sont “dans leur lune” quand elle sont menstruées. Les femmes travaillent beaucoup avec les cycles lunaires pour se “médicamenter” naturellement. Aussi, elles représentent la force et la création.

Please like & share: