Les vitamines du cerveau : la vitamine B9

Certaines études montrent que les suppléments d’acide folique restauraient la mémoire des cerveaux vieillissants. L’acide folique aide à déterminer la quantité, la nature et l’activité des neurotransmetteurs qui modifient le cerveau. Les personnes qui prennent des suppléments d’acide folique, ou qui ont une alimentation riche en cette vitamine, ont beaucoup mieux réussi des tests de mémoire que ceux qui en consomment peu. L’acide folique aide à protéger les cerveaux vieillissants contre les accidents vasculaires cérébraux. Un facteur sanguin, l’homocystéine, un acide aminé, figure parmi les substances incriminées dans la démence vasculaire et l’AVC. L’acide folique serait un très bon remède pour neutraliser un taux élevé d’homocystéine. La vitamine B6 et B12 aident aussi à inhiber cet acide aminé.

—————–

L’acide folique préviendrait la maladie d’Alzheimer. Elle est impliquée dans la synthèse des neuromédiateurs, indispensables au bon fonctionnement du cerveau et du système nerveux. Dans le cas d’un stade avancé de la maladie, il y a présence d’atrophie sévère et de configuration anormale des plaques séniles qui ont un lien avec des taux plus faibles d’acides folique. Environ 400 μg d’acide folique suffirait à maîtriser la concentration d’homocystéine dans le cerveau.

—————–

Les carences en acide folique sont une cause fréquente de troubles psychiatriques mineurs ou graves et d’AVC. Les personnes qui souffrent de démence ou de la maladie d’Alzheimer ont des taux faibles d’acide folique. Beaucoup de gens souffrent de carence en acide folique sans le savoir, ce qui se caractérise par une dépression légère à modérée accompagnés parfois de signes neurologiques mineurs et de troubles gastro-intestinaux.

—————–

Autres faits, des études ont montrés que l’état de patients schizophrènes s’est amélioré après la prise d’acide folique, en particulier lorsqu’ils prenaient du méthylfolate, une forme d’acide folique. Le méthylfolate serait aussi efficace que le trazodone, un antidépressur. Des patients sous prise de méthylfolate étaient moins déprimés et socialisaient mieux que ceux qui avaient un taux faible d’acide folique dans le sang. Une carence en vitamine B9 serait donc liée à des troubles légers et à des troubles plus graves, comme la dépression, la démence, la perte de mémoire, la schizophrénie, l’AVC, le déficit d’attention et même l’autisme. Mais la dépression est le symptôme de carence le plus courant de l’acide folique. Plus la carence en acide folique est grave, plus longue et plus profonde sera la dépression. La consommation pendant 1 an de seulement 200 µg d’acide folique, qui équivaut à 200 ml d’épinards cuits par jour, a augmenté l’efficacité d’un antidépresseur chez un individu maniaco-dépressif.

—————–

Selon des études, l’acide folique améliore la mémoire. Des suppléments d’acide folique restaurent la mémoire des cerveaux vieillissants. Les personnes qui en prennent en supplément, réussissent généralement mieux des tests de mémoire.

—————–

Les meilleures sources végétales de la vitamine B9:

  • légumineuses cuites
  • épinards
  • asperges
  • graines de lin
  • haricots de soya
  • brocoli
  • laitue romaine
  • graines de tournesol
  • betteraves
  • choux de Bruxelles

—————-

Sources qui ont permis la rédaction de cet article:
-Jean-Marie Bourre, Diététique du cerveau: La nouvelle donne, Odile jacob, Paris, 2005.
-Jean Carper, Les aliments miracles pour votre cerveau, Les éditions de l’homme, Montréal, 2001
-Guy Courtois, Éléments de neurologie clinique, Les presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1981
-Louise Thibault, Nourrir son cerveau, Les éditions de l’homme, Montréal, 2003
-Patrick Wolf, Alzheimer, Parkinson, Le rôle essentiel de l’alimentation dans la prévention des maladies neurodégénératives, Grancher, Paris, 2007

Please like & share: