L’importance des glucides pour la santé du cerveau

fruits

L’importance des glucides pour la santé du cerveau n’est pas à négliger. Le sucre est essentiel pour le système nerveux. Le cerveau consomme de 20 à 30% de toute l’énergie fournit par le glucose. Ce dernier est donc la source d’énergie dont dépendent l’organisme et le cerveau.

Le glucose stimule la mémoire, la concentration et la capacité d’apprentissage, en plus de prévenir l’irritabilité et la dépression. Les cellules nerveuses ont besoin d’un taux de sucre sanguin ni trop élevé ni trop bas. Un carence en glucose sanguin peut ralentir voire perturber la fonction du cerveau, mais un taux trop élevé de sucre sanguin peut porter atteinte à la fonction du cerveau et de la mémoire. Le glucose peut mutiler et détruire les cellules.

Mais l’organisme est bien fait, car il maintient un taux de glucose sanguin suffisant nécessaire aux systèmes nerveux et périphérique.  Outre le fait qu’il y ait une influence sur le diabète et les troubles artérielles, la quantité de glucose dans le sang influe sur la mémoire, l’humeur, la démence et la capacité d’apprentissage. On sait aujourd’hui qu’une hausse progressive du taux de sucre sanguin améliore la mémoire et la capacité d’apprentissage. Par contre, une forte hausse est dommageable pour le cerveau. Des taux aussi élevés de sucre et d’insuline dans le sang peuvent entraîner une dégradation de la mémoire et de la fonction mentale, à cause, notamment, de la résistance insulinique qui peut conduire au diabète de type 2. On a constaté que des taux élevés de sucre sanguin chez les enfants diabétiques peuvent faire baisser leurs résultats à des tests de QI. Certains chercheurs pensent même qu’un taux élevé d’insuline pourrait être nocif à l’activité des synapses du cerveau et interférer avec dans la communication des cellules nerveuses.

800px-Annibale_Carracci_The_Beaneater

L’enfant a besoin d’une grande quantité de glucose pour se développer. Plusieurs études rapportent que les enfants qui ne mangent pas suffisamment le matin ou qui ne déjeunent pas, en particulier des glucides, avait une capacité d’apprentissage moindre à celle des enfants qui prenaient un repas le matin. Les cerveaux vieillissants ont eux aussi besoin de glucose car, avec l’âge, on a de plus en plus de difficulté à métaboliser le glucose.

Nous savons aussi que les taux élevés de sucre sanguin peuvent faire vieillir plus rapidement l’organisme tout entier, y compris le cerveau. Le glucose sanguin réagit avec les protéines pour produire des protéines dites « protéines glycosylées », des types de débris cellulaires qui s’accumulent dans les cellules. Ces protéines endommagées prennent une couleur brune. Ce sont des produits issus de la glycosylation qui, notamment, jaunissent les os, raidissent les articulations, altèrent les fonctions des organes et sont, par-dessus tout, dangereux pour le cerveau. Certaines recherchent ont montrées que les produits finis de la glycosylation représentent l’une des étapes menant à des neuropathies.

En adoptant une alimentation riche en hydrates de carbone à indice glycémique faible, c’est-à-dire des glucides qui élèvent lentement le taux de sucre dans le sang, plutôt qu’à indice glycémique élevé, on augmente nos chances de maintenir un taux de sucre et d’insuline normal et on fournit l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de notre cerveau.

Please like & share: